Emménager à deux, est-ce le bon moment ?

La solidité de votre couple est à envier. Votre histoire dure depuis la nuit des temps ou est née depuis quelques mois (on ne va pas se mentir, il ne suffit pas de quelques semaines de parfaite entente et de papillons dans le ventre pour faire grille-pain commun).

Dans les deux cas, vous sentez qu’une force divine vous a vaccinés contre la monotonie, les quiproquos parfois dévastateurs, les faux pas embêtants et autres aléas qui peuvent tirer la sonnette d’alarme quant à la durabilité de votre duo.

Il n’y a évidemment pas que des hauts. Mais l’impact des petits points noirs qui viennent entacher ce tableau blanc d’osmose est quasi nul, éphémère et sans conséquences.

Désormais, après les sorties entre potes, les soirées festives et arrosées ornées de danses endiablées qui se soldent par le petit au revoir bien matinal de l’aube, fatigué mais toujours enthousiaste, la dégustation de la gastronomie asiatique, de la cuisine libanaise et des mets indiens ainsi que les pauses ciné pendant lesquelles vous vous coupez du monde, coude à coude, les yeux rivés vers le même écran (Un couple soudé qui regarde dans la même direction, que c’est beau), vous sentez petit à petit, à mesure que vos activités se multiplient et diversifient, que vous avez fait le tour.

Vient donc le moment où l’on pense à faire un pas en avant. On ne veut plus marcher à petite foulée, on réfléchit à enjamber.

Emménager maintenant, oui ou non ?

Le fait est que chaque histoire a ses propres spécificités. Il n’y donc pas de guide à suivre mais des signes à guetter.

Le lendemain s’instruit aux leçons de la veille.

Si l’on a déjà eu l’occasion de vivre en couple, la décision devrait être plus facile à prendre. Sondez-vous. Ayez bien en tête les leçons tirées de votre (vos) précédente(s) cohabitation(s).

Si vous avez laissé l’autre trop empiéter sur vos habitudes, apprenez à imposer votre rythme sans pour autant faire preuve d’une grande ténacité. Le but est de ne pas mettre votre rythme de vie complètement à mal mais de le moduler et l’assouplir pour vous mettre en ligne avec le confort de l’autre.
Il serait, par ailleurs, normal que votre conjoint en fasse autant. On ne va pas se noyer dans un verre d’eau, emménager ensemble implique implicitement et systématiquement des concessions et ce, à double sens.

Si, au contraire, c’est vous qui avez mené à l’échec cette expérience du toit commun, tirez un trait sur vos erreurs. Vous n’aviez peut-être pas avoué le rôle que vous avez joué dans cet insuccès du passé. Mais même les plus orgueilleux d’entre nous sont parfaitement conscients au fond d’eux du caractère inapproprié, déplacé, mal pensé, irritant, vexant, gênant ou exagéré de leurs propos ou actions. Vous ne pouvez, ainsi, que maximiser vos chances de construire un nid douillet.

Pourquoi peser le pour et le contre avant d’emménager ?

Pour les inexpérimentés du concubinage, la première chose à faire serait de :

Se demander si les défauts de Monsieur ou de Madame sont supportables au quotidien.

Ses goûts musicaux qui peuvent vous faire passer du ronronnement réconfortant de votre minet au vacarme agaçant d’un concert de rock représentent-ils vraiment une gêne pour votre cohabitation ? Son désordre se limite-t-il à quelques oublis ou s’apparenterait-il à l’étourdissement d’un adolescent écervelé ?
Seriez-vous prêt(e) à faire en sorte que tout soit carré comme ses maniaqueries le dictent ? De son côté, la volonté de vous aider à créer de l’harmonie existe-t-elle ?

Les sentiments, aussi beaux soient-ils, pèsent dans la balance mais ne font pas tout. Les obligations du quotidien sont là pour mettre le couple à l’épreuve, d’autant plus que celui-ci n’est pas habitué à les confronter de façon solidaire. On peut parler de soutien, d’opportunité pour se partager les tâches et donc d’alléger les contraintes qui lient les mains de chacun tout comme on peut parler de l’élargissement de la « to do list ».
Faire les courses peut s’avérer éprouvant. Faire promener le chien peut être perçu comme du temps perdu au détriment de la satisfaction de plaisirs personnels communs.
Plus important, assurez-vous de la maturité de l’autre. Et ce, si l’idée de fonder une famille vous passe par la tête ou que la rationalisation des charges financières vous est importante.
La divergence quant aux projets de la vie future est à éviter si l’on souhaite emménager ensemble.

En bref

Au fond, il n’y a pas de problème à emménager à deux. Au mieux, vous aurez trouvé l’amour de votre vie et lui aurez dégoté une belle place à vos côtés. (Pour votre plus grand bonheur).

Au pire, vous ne regretterez pas de ne pas avoir essayé. Dans certains cas, vous serez même sûr(e) d’avoir évité de justesse le divorce. (Pour ceux qui projettent de se marier sans jamais avoir passé ne serait-ce qu’une semaine ensemble avec les mêmes murs qui les cernent).

0 Shares
Share
+1
Tweet
WhatsApp

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer